Les six groupes français ont dégagé 23,5 milliards d’euros de bénéfices grâce à leur diversification. En 2017, ils accélèrent encore leur digitalisation.

Le début d’année 2016 chahuté sur les marchés , les vagues de renégociation de crédits immobiliers provoquées par la faiblesse des taux d’intérêt ou encore le vote en faveur du Brexit n’auront pas eu raison de la santé des banques françaises.

Pour accéder à l’article intégral, cliquez ici.