Petites ou grandes entreprises, collectivités : pas un acteur ne dispose à nouveau, économiquement, des marges de manoeuvre d’antan tant les impacts de 2008 ont été brutaux et successifs. Francis Mer avait raison et qui plus est pour tous, sur tous les marchés, le temps et les changements continuent de s’accélérer.

Qu’observe-t-on ? Trop souvent, plutôt que de prendre du recul, d’emprunter de nouvelles voies afin de reconsidérer l’humain, la position managériale reste campée sur de vieux réflexes de hiérarchie, de verticalité.

lesechos.fr, le 24 mars 2017.

Pour accéder à l’article intégral, cliquez ici.