La Banque verte, discret leader mondial des « green bonds », annonce accroître ses objectifs en la matière et exclure désormais de financer les projets les plus polluants en pétrole et gaz de schiste. Elle va aussi compenser son empreinte carbone directe jusqu’en 2040 via un fonds.

Pour lire l’article intégral, cliquez ici.