La taxe exceptionnelle imposée par le gouvernement aux grands groupes pour compenser l’annulation de la taxe sur les dividendes a grevé de 326 millions d’euros le bénéfice net annuel de l’entité cotée de la banque mutualiste, qui a progressé de 3,1% à 3,6 milliards d’euros l’an dernier. L’action chute en Bourse.

Pour accéder à l’article intégral, cliquez ici.