La représentation des salariés en entreprise change de visage avec les ordonnances Travail, provoquant remous et crispations.

« S’il y a des problèmes à la cokerie ou au laminage, comme il n’y a plus d’élus de proximité pour faire remonter l’information et déminer la grogne, les ouvriers débrayeront sans préavis. Et tout le monde sera pris de cours », pronostique Henri Botella, délégué syndical central (DSC) de la CFE-CGC chez ArcelorMittal

Source lentreprise.lexpress.fr du 18/09/2018

Cliquez ici