Depuis quelques années, on voit débarquer dans les entreprises, principalement du numérique, des « chief happiness officer » (CHO). Derrière ce terme jeune et branché, se cachent des « responsables du bonheur en entreprise », chargés du bien-être des employés.

Venus de la Silicon Valley, les CHO sont aussi arrivés en France depuis 2015, dans de grosses entreprises comme Ineat à Lille (spécialiste de la transformation digitale), OVH à Roubaix, ou encore Kiabi.

Pour lire l’article intégral, cliquez ici.